Août 23

6 tendances à oublier à la rentrée

By admin8544 | Mémorisation , Productivité , Révisions , Technique

Les jours sont désormais comptés. Qui dit rentrée scolaire dit nouvelles sapes, nouvelle classe, nouvelles affaires… et pourquoi pas nouvelles habitudes ?

Comme ce site est un blog de mode des neurones, je té dévoile en avant-première le top 6 des tendances à oublier à la rentrée pour une année SWAG… dans la tête :

 

  1. Organiser une soirée révisions la veille de tes examens

Parce qu’en plus de te fatiguer et te donner une sale tête le jour de l’exam, ça sert à rien. Vraiment. Tu peux t’en sortir avec tes souvenirs durant l’examen, mais si on te demande la même chose 3 semaines après tu feras une tête de poulpe. Et ça, c’est vraiment pas tendance.

the office party hard GIF

  1. Mollo sur le Stabilo

C’est pas parce que c’est fluorescent que ça va aussi briller dans ton cerveau. Pour mettre des distances entre lui et toi, rendez-vous là : http://stud-ease.fr/3-conseils-pour-une-prise-de-notes-au-top/

react think GIF by 360medics

 

  1. Arrête de te faire mal au cœur

Je t’entends déjà à réciter des dates d’histoire ou des formules de maths comme un bouddhiste récite ses prières pour les apprendre par coeur. Mais sans méthode de mémorisation, ton cerveau va finir par l’effacer aussi vite qu’un Snap. C’est dommage quand même. SPOILER : les techniques de mémorisation arrivent sur le site.

broken hearted GIF by Mighty Oak

 

  1. Journée bibliothèque-écouteurs-bouteille d’eau-Prince de Lu : Il manque un truc pour accessoiriser :

Ca s’appelle LES PAUSES à http://stud-ease.fr/surtout-ne-prenez-pas-de-pauses/

library GIF

 

  1. Croire qu’un break ça fait pas du bien

Eh si, et ça c’est quand même une bonne nouvelle. C’est même ton cerveau qui te le demande. Quelle belle relation quand même.

sad black and white GIF

 

  1. Tenter de devenir Einstein en un jour

C’est comme si t’avais jamais touché un ballon de foot et que tu te donnais 24h pour devenir Neymar… Tu peux peut-être faire des roulades au sol aussi belles que lui, mais pour le reste, je préfère qu’on te donne pas d’espoir.

neymar jr soccer GIF

 

Bon, maintenant que vous connaissez les « Brain-faux-pas », je vous souhaite une reprise bien stylée.

Août 19

3 conseils pour une prise de notes au top

By admin8544 | Productivité , Révisions , Technique

Soyons honnêtes : on n’a déjà pas très envie de relire ses cours après y avoir assisté et pendant nos révisions. Si en plus de ça, on a pris 40 pages de notes, c’est la torture assurée pour les révisions… Comment faire pour sortir de cette spirale infernale ? Comment prendre des notes de façon efficace ?

 

Avant toute chose, posons une question simple : à quoi sert la prise de notes ?

a- A recopier tout ce que le prof dit, à la goutte de salive près ;

b- A rentabiliser le prix d’achat de tous ces cahiers que tu as achetés à la rentrée ;

c- A éviter de culpabiliser de rentrer à la maison sans avoir noté ce que le prof a raconté en cours ;

d- A avoir des bonnes notes aux examens.

 

Réponse : La réponse e : Prendre des notes, c’est récapituler les quelques idées principales qui ont fait l’objet du cours. Donc c’est pas parce que t’as pris 15 pages de notes que t’as saisi le cours. C’est même le contraire.

 

Le problème, c’est qu’on ne nous apprend pas forcément à prendre des notes mais surtout les bénéfices d’une bonne prise de notes :

  • Tu as saisi les éléments principaux du cours, tu as donc l’essentiel en tête et sur papier ;
  • Donc –> Tu passes moins de temps à réviser vu que l’essentiel est déjà sur ta feuille ;
  • Donc –> Tu économises un temps fou à éviter de « stabiloter » ton cours, ce qui sert à rien, réellement.

 

Alors, comment prend-on des notes efficacement ?

Bon, la première chose c’est qu’il faut écouter le cours. Mais surtout, avec un peu d’entraînement, et les trois conseils suivants, tes notes seront au top :

La couleur

Il faut pas hésiter à en user. L’inventeur du Mind-Map®, Tony Buzan, disait que quand on utilise une seule couleur pour noter tous nos cours, qu’on est monochrome dans nos notes, on est donc « mono-ton », nos notes sont « monotones », et elles sont donc ennuyeuses.

Faites-vous votre code couleur personnel : rouge pour les dates historiques, vert pour les noms propres, violet pour les notions, etc… Choisissez quelques couleurs qui vous accompagneront dans vos notes.

 

Les dessins

Pas besoin d’être Akira Toriyama (si tu ne sais pas qui c’est, sors de ce site) pour dessiner. Mais comme une bonne vinaigrette sur une salade, les dessins « agrémentent » le cours : ils apportent un détail visuel important.

Même chose que pour la couleur, il faut simplement se constituer une petite réserve de dessins si on ne se sent pas à l’aise : point d’exclamation, panneau stop, petit bonhomme… Sur certaines notes, vous ressentirez le besoin de rajouter un dessin pour qu’il vous rappelle certaines données du cours ou vous facilite la compréhension.

 

La prise de notes en décalé

Enfin, le dernier conseil, peut-être le plus difficile : attendre avant de noter.

Je m’explique : la meilleure façon de prendre des notes, c’est d’attendre que le professeur ait terminé de développer l’idée ou la partie qu’il expose avant de prendre note de l’idée elle-même.

En général, même si un prof explique une idée en 20 minutes, 2 ou 3 phrases max peuvent suffire à résumer l’idée. Et pour ne rien oublier, privilégiez les mots-clés, par exemple un mot qui résume un exemple qu’il a donné.

 

Exemple : votre professeur vous explique pendant un petit moment les conditions des soldats pendant les guerres de tranchées pendant la première Guerre Mondiale et développe avec des extraits de lettres que les soldats écrivaient à leur famille. A la fin de son explication, il suffit juste de quelques mots-clés pour se rappeler de tout :

Guerre tranchées – Conditions – Maladies – Front – No man’s land – Lettres soldats

Tout le reste vous reviendra en mémoire.

 

Avec un peu de pratique, vous arriverez à prendre des notes facilement et surtout, la masse de vos notes va diminuer de moitié, et ça quand même, ça fait plaisir !

Août 18

Révisions à la minute près : la technique du Pomodoro

By admin8544 | Productivité , Révisions , Technique

Bon je préfère prévenir tout de suite : je ne sais pas si la consommation de tomate est particulièrement bonne pour les révisions, donc n’allez pas acheter 35 kg de tomates avant de lire cet article. On va parler technique, là.

 

La technique du Pomodoro (tomate en italien) a été mise au point par un Italien nommé Francesco Cirillo. Cette technique vise à augmenter sa productivité -en se focalisant sur une seule tâche durant un temps donné et en éloignant tout ce qui pourrait détourner notre attention de cette tâche- et à lutter contre ce phénomène tant répandu qu’est la procrastination ( « je ferai ça plus tard » ,  « je ferai ça demain »).

 

En quoi consiste cette technique ?

C’est très simple : on va se fixer, à l’aide d’un minuteur, du chronomètre de son téléphone, ou de son réveil, un temps donné (25-30 minutes étant la durée idéale car après 30 minutes notre attention diminue fortement), et l’objectif est de focaliser son attention sur une tâche donnée durant tout ce temps, sans aucune interruption.

C’est un outil très efficace car la plupart du temps, lorsque l’on étudie ou que l’on révise, on a tendance à penser aux autres choses à faire, à étudier, notre attention est vite détournée par la télévision, les réseaux sociaux, le téléphone, le frigo… L’objectif ici est donc d’éliminer toute distraction pour pouvoir focaliser son attention complète sur le travail que l’on souhaite effectuer.

 

L’importance de la récompense

Enfin, la technique du Pomodoro n’est pas efficace si on ne se motive pas… Et pour cela, il est important de se fixer une récompense une fois que l’on termine notre session de travail et que le minuteur sonne. Pourquoi ? Parce que le cerveau réagit à la recherche du plaisir et libère un neurotransmetteur, la dopamine, qui favorise et augmente la motivation. Ainsi, en se fixant une récompense dès le départ (un bon café, un chocolat, 5 minutes de lecture du roman dont on n’arrive pas à se détacher, un animé qu’on a du mal à lâcher…), on favorise la libération de ce neurotransmetteur qui va influer sur notre motivation.

 

La pause est tout aussi importante que le boulot en lui-même, alors savourez-la sans honte. Kiffez.

 

Ainsi, sur 3 heures de révisions par exemple, on peut se fixer plusieurs Pomodoro avec des pauses de 5 à 10 minutes (histoire de profiter de sa récompense), et de se remotiver pour le Pomodoro suivant, et ainsi de suite… Cela permet donc d’être hyper-productif sur un temps limité, ce qui est bien mieux que réviser 3 heures d’affilée et qu’on rêvasse la moitié du temps…

 

Petit cadeau : un récap des régles principales du Pomodoro. Ca fait plaisir.

 

 

Août 09

Avant qu’on te teste, teste-toi

By admin8544 | Productivité , Révisions

Test, exam, partiel, devoir surveillé, interro, … pourquoi autant de mots pour la même torture ? Ce vocabulaire noir suffit en effet à faire frissonner d’horreur n’importe quel étudiant.

Pourtant, tout comme le caca (hein ?), son rôle est méprisé alors qu’il possède une grande valeur dans l’apprentissage (pas le caca) … Cet article a donc pour objectif de vous réconcilier avec les examens pour en faire un allié de votre réussite scolaire.

 

Pourquoi ?

Tout simplement parce que se tester via des QCM, auto-interros ou  par tout autre moyen est un des meilleurs moyens d’apprendre. Pour être plus précis, selon une étude américaine, c’est le meilleur moyen de renforcer dans notre mémoire les connaissances que l’on essaie de retenir.

 

today exam GIF

Et pourquoi ?

Parce que se tester a deux objectifs principaux :

  • Vérifier que l’on a bien assimilé ce que l’on devait apprendre : parfois, on a l’impression qu’avoir lu et relu notre cours nous a suffi à incorporer son contenu. Il nous arrive même d’être persuadé de maîtriser le cours de cette manière (illusion de compétence ou IDC, n’oubliez pas ces lettres). Se tester a donc pour but de voir si on maîtrise en effet son cours ;

 

  • A l’inverse, les questions que l’on a loupées nous permettent de voir où se trouvent nos faiblesses et ce sur quoi nous devons travailler un peu plus. En gros, les tests nous aident à être plus productifs dans nos révisions et de ne pas perdre notre temps (on veut déjà pas en consacrer des masses quand on révise)

 

Diversifier les tests

Maintenant qu’on a compris que c’est bien de s’auto-examiner avant les examens de l’école, comment peut-on mettre en pratique l’auto-testing dans nos révisions ? Pour ça, vous avez l’embarras du choix :

  • La méthode paresseux : refaire les tests ou exercices qui ont déjà été vus et effectués en classe. C’est une méthode de flemmard mais ça fonctionne ;

 

  • Faire des exercices et vérifier vos réponses avec les corrigés ;

 

  • Faire des Flash-Cards : au recto inscrire la question ou l’élément demandé et au verso la réponse. C’est une méthode qui fonctionne extrêmement bien et qui peut être utilisée dans toutes les matières ;

 

  • Lors de vos prises de notes dans vos cours, réserver une partie de la page (le bas par exemple) et noter quelques questions relatives à ce qui a été vu. Lors de vos révisions, essayez de répondre à toutes ces questions pour vérifier ce que vous savez du cours et si vous le connaissez, et ce sur quoi vous devez vous concentrer.

 

Le bonus ?

C’est que se tester c’est se préparer à l’examen que l’on va passer, et ça aide donc à diminuer ce stress pré-examen que l’on connaît tous. Parce qu’au final, à quoi sert un examen, d’où qu’il vienne ? A obtenir une bonne note seulement ?

Quand on sait qu’on a fait des efforts pour assimiler son cours et qu’on l’a compris, on rentre dans la salle d’examen un (tout petit) peu plus serein.

Août 07

La folie de la mémoire – les procédés mnémotechniques

By admin8544 | Mémorisation , Technique

Qui a dit qu’on ne pouvait pas mémoriser et kiffer en même temps ?

season 2 starz GIF by Outlander

 

La mémorisation est un art que l’on cultive depuis la nuit des temps : avant l’invention de l’écriture, il fallait bien mémoriser ce qui devait être appris et qui était de l’ordre du vital ; les livres, bien avant qu’ils soient imprimés et copiés en masse, étaient appris par coeur par certains savants et étudiants ; même dans les religions, il est d’usage d’apprendre certains textes par coeur et cette coutume perdure encore aujourd’hui : bref, la mémorisation a sa place dans toutes les sphères de notre vie.

 

Mais aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, il n’est plus essentiel de retenir comme avant : ces machines nous servent de  » mémoire  » et ont même été en partie conçues pour alléger ce travail de mémorisation. A tel point qu’on pourrait presque se demander s’il est encore utile de  » stocker  » des informations dans notre cerveau quand nous pouvons les stocker dans un ordi…

Il n’empêche que les machines ne pourront jamais remplacer l’apprentissage d’un cours, d’une leçon, ou de toute autre information qu’il nous est important de retenir.

 

L’ennui de la mémorisation

Je vous vois pourtant grimacer devant votre cours, à batailler pour faire entrer ces maudites dates historiques ou ces satanées formules de maths dans le crâne… Sachez pourtant que vous pratiquez un art vieux comme le monde, mais que vous vous y prenez peut-être de la mauvaise manière.

En effet, mémoriser devient un jeu d’enfant quand on sait comment s’y prendre… Et la mnémonique, ou l’art de la mémoire, se résume en cette phrase :

Ce n’est pas sur le QUOI mémoriser, mais sur le COMMENT mémoriser qu’on se focalise.

C’est là que doivent être concentrés nos efforts.

 

Je vais donc vous proposer de découvrir au fil des articles des procédés qui vous permettront de mémoriser beaucoup plus facilement et rapidement, mais surtout de mémoriser COMME vous le voulez. Ces techniques fonctionnent pour absolument tout donc ne doutez pas de leur puissance.

Août 04

Les 4 freins qui nous empêchent de cartonner nos études

By admin8544 | Développement , Productivité

Chaque année, c’est la même chose : on est motivé de dingue à la rentrée, et ça s’estompe au fil de l’année, pour finir piqué par une flemmite des plus violentes.   Chaque année, on se dit qu’on va plus écouter, qu’on va être plus concentré, qu’on va être plus motivé… mais on n’arrive pas à débloquer ces freins qui nous empêchent de révéler le meilleur de notre personne :  

  • Le manque de confiance en soi :  C’est dur de se dire qu’on en est capable, qu’on peut le faire, qu’on a les ressources et l’intelligence nécessaires de réussir, comme le premier de la classe à côté qui semble nous narguer du haut de ses 20 constants aux exams… Mais tu as le même cerveau que lui, pourquoi ça ne pourrait pas marcher pour toi ?

im smart enough stuart smalley GIF by Saturday Night Live

  • Le manque de motivation : Comment être motivé quand on ne croit pas en ses capacités ? C’est dommage qu’on n’ait pas un pied rotatif pour se mettre un coup de pied de fesses à ce moment-là. Plus sérieusement, la motivation, c’est aussi un processus chimique dans notre cerveau : la dopamine, un neurotransmetteur, est la substance qui régule la motivation et la concentration dans notre cerveau. Se motiver, c’est aussi aider la sécrétion de ce neurotransmetteur qui va « booster » notre cerveau.

encourage come on GIF by HULU

  • Le manque de concentration : Qui n’a jamais, pendant ses révisions, bloqué sur une mouche au plafond, qui n’a jamais eu son attention détournée par la sonnerie du téléphone ou la télévision ou même l’appel de la nourriture… Se concentrer sur une tâche est tout un art. Un des meilleurs outils de concentration est d’ailleurs la technique du Pomodoro que vous pouvez retrouver ici : Productivité et anti-procrastination : la technique du Pomodoro.

power concentration GIF

  • L’absence d’une véritable méthode de travail : Comment apprendre à apprendre ? Cette question devait être une matière à elle seule à l’école. Mais pas de panique : ce blog est là pour ça.

mad work GIF   C’est tout l’objectif de ce site : si tu sais ce qui coince au niveau de tes études, on va travailler dessus pour que tu décolles comme Thomas Pesquet vers l’espace.

Juil 30

Les 5 trucs de dingue sur notre cerveau

By admin8544 | Développement

S’il y a bien aujourd’hui une chose qui n’a pas encore délivré tous ses secrets aux scientifiques, c’est notre cerveau. En effet, les recherches en neurosciences continuent chaque année de nous apporter leur lot de découvertes. Il y a donc énormément de choses à savoir sur le cerveau humain, mais j’ai décidé dans cet article de vous en faire découvrir 5, ce qui vous permettra de saisir le potentiel que recèle cet organe incroyable.

 

  1. Le cerveau possède 1000 milliards de neurones, soit autant d’étoiles que dans notre Galaxie ! Ce chiffre est absolument fantastique, et il y a encore mieux : si l’on devait compter le nombre de connexions entre chaque neurone, en comptant une connexion par seconde, il faudrait 3 millions d’années pour en arriver à bout

 

  1. Vous avez sûrement déjà entendu parler des deux hémisphères de notre cerveau : pour faire (très) simple, l’hémisphère droit est le centre de la créativité et du sens artistique, et le cerveau gauche celui de la logique et de l’analyse. On dit souvent que l’on a un hémisphère plus « dominant » que l’autre, mais ce n’est pas le cas : les deux hémisphères travaillent ENSEMBLE pour votre réussite.

 

  1. Le cerveau génère 25 Watts d’électricité quand on est éveillé, de quoi faire fonctionner une ampoule ! Vous penserez à la fameuse ampoule qui s’allume dans les dessins animés quand le personnage trouve une super idée, sauf que pour l’être humain, elle est tout le temps allumée.

  1. Un homme de 20 ans possède environ 176 000 km d’axones myélinisés (fibres nerveuses, la « queue » du neurone, entourés de myéline, une sorte « d’isolant ») dans son cerveau, soit 4,5 fois le tour de la Terre !

 

  1. La sérotonine est un neurotransmetteur (une substance qui permet de transmettre l’influx nerveux entre les neurones), qui joue un rôle important dans la régulation de l’émotion, l’humeur, l’agressivité, etc. Mais il faut savoir que 90% de la sérotonine du corps est produite par notre système digestif… Pas étonnant qu’on appelle notre système digestif le « deuxième cerveau ». Raison de plus pour prendre son alimentation très au sérieux… Un thème que nous développerons également.

 

Ces quelques informations pourront vous permettre de saisir l’ampleur des capacités de notre cerveau et les possibilités quasi-infinies qui s’offrent à nous. Quand par moment vous vous trouverez idiot, rappelez-vous que des kilomètres de connexions neuronales vous séparent de cette idée…

 

Source pour les faits sur le cerveau : Site www.knowingneurons.com, article : 52 Brain Facts
Juil 29

SURTOUT NE PRENEZ PAS DE PAUSES

By admin8544 | Mémorisation , Productivité , Révisions

Quand j’étais en Terminale, je devais rédiger une dissertation de philo (en gros, l’horreur pour moi). J’avais regardé ma copie avec le sujet pendant un après-midi entier… Rien. Impossible de pondre la moindre phrase.

Je décide donc d’abandonner et de reporter ma réflexion au lendemain.

Je fais ma vie le reste de la journée, et au soir en me couchant, il a suffi que je ferme les yeux 5 min et  là, toute l’intro de la dissertation m’est venue à l’esprit, les idées fusaient dans tous les sens. Un truc de fou. On dirait que ma tête avait réfléchi à ma place tout le temps où j’avais arrêté de travailler.

 

Qui ne s’est jamais posé devant son bureau, avec sa pile de révisions en se disant  » Je vais bosser pendant 4h non-stop donc que personne ne me dérange !  » ? En réalité, procéder de cette manière est tout sauf bénéfique à l’apprentissage…

En effet, de nombreuses études scientifiques ont prouvé que lorsque l’on se concentre sur une activité, le niveau d’attention diminue au bout d’un certain laps de temps, laissant à notre cerveau la liberté de voguer ailleurs… C’est une réaction tout à fait naturelle, et il ne faut donc pas se reprocher de manquer d’attention.

De plus, bachoter pendant des heures ne permet pas de retenir ce que l’on a appris très longtemps… En effet, pour ce genre d’apprentissage, les chercheurs se sont rendus compte que près de 90% de ce qui a été appris a été oublié par l’étudiant au bout de quelques semaines ! Pas très productif donc, comme système.

candy studying GIF by Trolli

The   » spacing effect « 

Il y a plus d’un siècle, un psychologue allemand du nom d’Hermann Ebbinghaus s’était penché sur la question, et avait démontré qu’espacer ses temps de révisions et d’apprentissage sur un sujet donné augmentait les chances de mémorisation sur le long terme. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui « the spacing effect » : il vaut mieux étudier une matière 3 fois par semaine pendant 30 minutes qu’une fois d’un coup sans pause pendant plus de 2h…

L’explication scientifique est simple : les synapses (les connexions entre les neurones) formées durant le processus d’apprentissage doivent être  » renforcées  » et la réactivation des informations apprises est donc importante.

relaxing golden state warriors GIF by NBA

Pour retenir mieux et plus longtemps… faites donc des pauses.

Nous verrons dans un prochain article comment concrétiser cela et planifier ses temps de révisions/devoirs et ses pauses.

Juil 29

Focus sur… le cône d’Edgar Dale

By admin8544 | Développement , Productivité

Si vous vous intéressez un peu à la thématique de l’apprentissage et de la mémorisation, vous avez forcément déjà vu cette pyramide au moins une fois. Petit rappel tout de même sur son auteur et ce qu’il a voulu exprimer à travers cette pyramide.

Edgar Dale est un professeur américain et chercheur en éducation. Il est surtout connu pour avoir rédigé des livres sur l’instruction audiovisuelle, mais ce que l’on a surtout retenu de lui, c’est ce cône. En France, on le trouve sous le nom de Cône d’apprentissage, alors que le nom de ce cône est the Cone of Experience.

Que signifie ce cône ?

Ce qu’Edgar Dale a voulu exprimer à travers ce cône, c’est le degré d’impact sur le cerveau (et donc de mémorisation) d’une information en fonction de son canal de transmission. Autrement dit, si on reprend le schéma ci-dessous, on mémorise peu une information si on la lit, tandis qu’on mémorise beaucoup plus en regardant une conférence ou un cours. Tandis que le schéma dans lequel on est le plus à même de mémoriser et retenir une information, c’est en l’expérimentant ou en l’expliquant soi-même.

Edgar Dale explicite donc quelque chose de précis dans ce schéma : plus on utilise de canaux sensoriels de façon simultanée, plus on est à même de retenir et mémoriser. On voit ainsi que la lecture (le fait de n’utiliser que ses yeux), ne nous permet pas de retenir et mémoriser autant que le fait de regarder un documentaire où on VOIT et on ENTEND en même temps. Le plus efficace étant bien entendu d’élaborer soi-même une explication de l’information que l’on tente de retenir, ce qui nous permet d’utiliser tous nos sens, mais aussi notre créativité et notre réflexion. L’information est ainsi mieux ancrée en nous, puisqu’elle a mobilisé une grande partie de notre corps.

 

D’ailleurs, on pourrait même rajouter une flèche sur ce schéma : plus on descend vers le bas du cône, plus l’action est CONCRÈTE, et plus nous sommes ACTIFS dans le processus d’apprentissage.

Ainsi, Edgar Dale conseillait aux instructeurs et enseignants de mettre en place des activités inspirés d’expériences réelles, afin que le processus d’apprentissage s’ancre plus facilement et plus durablement en chacun des élèves.

A quoi servent ces informations dans le cadre des études ?

Finalement, même si le cône ne traitait pas de l’apprentissage en question, mais de la qualité de la mémorisation (les pourcentages que vous voyez à gauche du schéma n’existent pas sur le schéma d’Edgar Dale), le chercheur a tout de même mis l’accent sur quelque chose d’important : il est essentiel de mobiliser tous ses canaux sensoriels afin de mieux retenir une information.

Dans le cas des études ou d’une leçon à apprendre pour un examen, c’est un fait qu’il faut retenir : non seulement il est important d’écouter le cours (eh oui, ça aide !), de le lire, éventuellement de lire des documents annexes ou regarder des documentaires ou vidéos en lien avec le sujet, mais si vous voulez connaître votre sujet avec encore plus de facilité, vous devez être en mesure de le présenter à une personne ou un groupe de personnes face à vous ! Entraînez-vous avec vos parents, vos frères et soeurs, vos cousins, vos nounours… Si vous savez restituer avec vos propres mots le sujet dont il est question, c’est que non seulement vous l’avez compris, mais aussi que vous l’avez retenu.

Alors, on tente l’expérience, et on se lance ? 🙂

Sammy

Juil 29

A vos cerveaux, prêts…

By admin8544 | Non classé

Bienvenue à toi, cher visiteur studieux et cher curieux,

 

Après plusieurs années de lectures, d’études, de réflexions, de formations, mais surtout d’hésitations, je suis (méga) heureuse de vous présenter ce site, dans lequel je publierai des articles, réflexions, études, infos étonnantes et autres conseils sur le thème de l’apprentissage.

Ce projet peut être résumé en une phrase : comment apprendre à apprendre ?

 

C’est quand même une question cruciale quand on y pense : nous arrivons tous dans le circuit scolaire et on nous demande d’apprendre des tas de choses sans forcément posséder de méthodologie, ce qui rend notre scolarité parfois vraiment douloureuse…

Mon objectif est donc de vous aider à renouer avec l’apprentissage pour faire de votre scolarité un moment amusant et marquant de votre vie.

 

Pour toute question ou remarque, n’hésitez pas à utiliser l’onglet de contact, ce site est le vôtre 😊

 

Sammy